Wave Gynt Project

D’après Henrik Ibsen

Réalisation et mise en scène :  Delphine Salkin,
avec Christophe Brault
Mixage et régie : Martin Troadec, Composition musicale : Pascale Salkin, Écriture et conseil artistique Daniel Loayza, Lumières : Daniel Levy


En ces temps de covid, de confinement, tous les arts du spectacle sont terriblement menacés.
Car ils s’épanouissent sur le face à face, sur les rencontres et la présence réelle.
Le covid nous a tous cloués au sol, nous obligeant à rester à à la maison ou pour pratiquer la distanciation sociale.
Notre liberté de mouvement et de circulation a été sérieusement empêchée.
Privés de voyages, de rencontres, nous avons besoin de sentir le monde s’ouvrir à nouveau à nous. A un monde changé, transformé.

C’est là que le microcosme que nous appelons “théâtre” peut aider.

Et si la scène nous raconte une histoire de voyage, tant mieux.

Le son est un élément presque magique à cet égard. Le son porte en lui son propre espace, son propre temps, partout où il va, se multipliant et renforçant les pouvoirs du théâtre, en décrétant librement ses lieux, ses moments et ses situations. La liberté du théâtre, combinée à la liberté du son, nous aident à abattre les murs que le covid pourrait ériger.

Voyager à l’écoute des sons, les créer et les modeler, et depuis l’endroit où je me retrouve de fait coincée en ces périodes, est devenue une nécessité en tant que créatrice…

Avec l’envie d’offrir des histoires et des paysages sur un plateau de théâtre et possiblement les offrir à un plus grand nombre par des canaux de diffusion radio et webs.